Sevrage tabagique 2

Arrêter de fumer : quels sont les principaux symptômes du sevrage ?

Arrêter de fumer est un processus difficile en raison de la difficulté à cesser la dépendance à la nicotine d’une part, et d’autres parts en raison des symptômes qui y sont liés. Quels sont ces symptômes du sevrage et comment les pallier ? C’est l’interrogation sujette de cet article.

La fatigue

Il est bien normal de ressentir de la fatigue suite au sevrage tabagique. Le corps étant habitué à être stimulé par la nicotine se trouve soudain sevrer. Il peine donc à rester au même niveau physique pendant les 3 , voire 4 premières semaines. Aussi, l’organisme en sevrage besogne pour se débarrasser des toxines autrefois accumulées. Ce travail peut aussi expliquer en partie la fatigue constatée chez certains ex-fumeurs.

L’insomnie

Un patient de sevrage tabagique connait dans les premières semaines des troubles du sommeil. En fait, son organisme subit tout un changement. Le corps étant habitué à une certaine dose de nicotine chaque jour se retrouve en manque et en mal à bien gérer.

Nervosité et irritabilité

Le fumeur qui arrête de fumer sans un accompagnement médical est celui qui est sujet à la nervosité et à l’irritabilité. Cela est dû au manque de nicotine et  au changement d’habitude. C’est aussi du fait de la mauvaise gestion des autres symptômes du sevrage tabagique.

La toux

Le fait de fumer peut avoir, à un certain stade, comme conséquence la toux. C’est donc normal d’être surpris de souffrir de toux une fois le sevrage entamé. En effet, il est tout à fait normal de tousser après avoir arrêté de fumer. C’est en raison des cils vibratiles des bronches qui repoussent. Leur activité provoque alors un rejet des déchets accumulés ce qui peut entraîner la toux.

La prise de poids

La prise de poids est presque systématique chez toutes les personnes qui arrête de fumer. Cet état de chose est dû à une réduction du nombre de calories bruler dû à l’arrêt de la cigarette. En effet, le corps sous l’effet de la nicotine brûle plus de calorie que la moyenne chez les personnes non-fumeurs. Ainsi, à l’arrêt du tabac, le corps brûle moins de calorie que d’habitude. Cette prise de poids n’est toutefois pas très élevée. Il s’agit de 2 ou 3 kilos grand max.

Autre raison qui explique la prise de poids est qu’à l’arrêt du tabac l’organisme retrouve l’usage des sens du goût et de l’odorat. De facto, à table, le risque de se retrouver trop rassasié est très élevé et encore dans des proportions pas toujours équilibrées de nutriments.

L’envie impérieuse de fumer

L’envie de fumer est un symptôme auquel aucun fumeur ne peut échapper. Il est très fort et parfois irrésistible quand aucun soutien médical ou thérapeutique n’accompagne. Le tabagisme est une maladie chronique qui même traité tient l’ex-fumeur à un fil de la rechute. Ainsi, les substituts nicotiniques, les thérapies sont d’une précieuse aide pour le fumeur.

Comment éviter ces symptômes ?

Il est tout à fait possible d’arrêter de fumer sans subir ses troubles, ni frôler la dépression. En effet, pour entamer le sevrage tabagique, il est important de se faire accompagner par un professionnel de la santé afin de bénéficier d’un suivi médical ainsi que d’un traitement adéquat. Le tabacologue, l’addictologue, toxicologue et bien d’autres personnels de la santé sauront vous venir en aide.

Anne, Docteur en pharmacie:

« Vous allez découvrir une méthode 100 % naturelle et surtout très efficace qui peut vous permettre d’arrêter de fumer »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud